Chacun recycle ses idées d’hier

Lorsque l’on écoute les commentaires des uns et des autres sur les plans économique, sociétal et politique, concernant le monde d’après le Covid, l’impression domine que chacun en profite pour recycler ses idées d’hier. Cela me rappelle cette maxime “Ceux qui disposent d’un marteau comme outil principal voient tous les problèmes en forme de clou”. Pour limiter la subjectivité, la première action à mener, après une crise comme celle du Covid 19, est de réaliser un bilan le plus objectif possible de la période impactée.

La première crise n’est jamais bien gérée

Les spécialistes de la gestion de crise sont unanimes : la première crise (qu’elle soit réelle ou simulée) n’est jamais bien gérée ; d’où l’importance du bilan. Le bilan doit inclure une dimension formelle : comment la gouvernance de crise s’est-elle mise en place (composition de la cellule, communication avec les salariés, les clients, les fournisseurs, réactivité …). Mais, c’est aussi sur le fond que le bilan doit être pertinent : quelle était la capacité financière de l’entreprise à absorber un quasi arrêt d’activité pendant quelques semaines ? Comment les fonctions de base se sont-elles comportées (vendre, produire, facturer, encaisser, payer, manager …) et la maîtrise voire l’automatisation des processus étaient-elles suffisantes ? Comment les hommes ont réagi pendant la crise : des leaders sont-ils apparus, certains ont-ils montré cette essentielle capacité à penser différemment ? Tous les éléments d’observations utiles ont-ils été repérés et tracés pour en tirer des leçons ?

Se préparer aux autres risques

Il est essentiel, avant de reprendre la mer, de savoir dans quel état se trouve son navire notamment après un coup de tabac qui a peut-être déstabilisé la structure et créer des dégâts non apparents.

Après avoir analysé comment votre entreprise a traversé cette période, il serait pertinent, de vérifier les autres risques auxquels elle est exposée et de s’assurer que les fameux PCA (Plan de Continuité d’Activité) et PRA (Plan de Reprise d’Activité) sont opérationnels sur tous les risques potentiels (sanitaires, attentats, sociaux, climatiques, sismiques, technologiques …).

Ces derniers temps, les médias n’ont pas manqué de rappeler qu’en langue chinoise, le même mot est utilisé pour “crise” et “opportunité”. Plus exactement, l’expression chinoise «Wei-ji» (transcrit avec les deux caractères 危机 ) se traduit en français par le mot crise. Le premier caractère signifie «danger» et le second «opportunité», ce qui suggère qu’iI existe toujours une opportunité dans chaque crise. Alors quelles opportunités sont apparues dans votre activité ?

Identifier les opportunités nées de la crise

Votre “business model” est-il remis en cause : nouvelles méthodes de vente, de production, de livraison, de facturation ? de nouveaux segments de marchés sont-ils apparus et comment allez- vous les saisir ? des opportunités d’acquisition, de cessions ou de regroupements apparaissent-elles ?

Inévitablement, une crise de cette ampleur va entraîner des évolutions stratégiques et le Système d’Information devra être ré-aligné sur la nouvelle stratégie. Ce sera peut-être l’occasion de vérifier que la DSI dispose des bons inputs stratégiques et économiques pour effectuer des propositions pertinentes d’évolution du Système d’Information au bénéfice du business. La Direction Générale et les Métiers pourront s’interroger avec la DSI sur les critères d’analyse et de priorisation des demandes d’évolution du SI. L’esprit dans lequel s’exécute la gouvernance du SI est-il compatible avec les priorités stratégiques (qu’elles soient nouvelles ou simplement ré-affirmées) : Réactivité de proposition ? Agilité d’exécution ? Budgets adaptés ?

Toujours aligner le Système d’Information sur la stratégie !

Au delà des questions générales de gouvernance du SI, il faudra revoir le portefeuille des projets informatiques : quels projets doivent être décalés voire annulés et quels nouveaux projets placer en priorité absolue ? Le portefeuille des projets ainsi revu sera-t-il compatible avec les contraintes de sortie de crise : délai, télétravail, modification du sourcing de sous-traitance ?

Tous ceux qui ont géré des projets informatiques savent que la notion de budget est parfois élastique et, il conviendra de définir ou ré-affirmer certaines règles budgétaires : OPEX, CAPEX, Design To Cost…

La cybersécurité notamment celle des postes de travail a été malmenée pendant cette crise sanitaire et de nombreux chantiers de sécurité ont déjà été engagés mais d’une façon plus générale le thème “Sécurité et Conformité” mérite d’être vérifié : nouvelles normes sanitaires, sécurité des prestataires, sécurité du travail distant…

Réalignement stratégique entraînant de nouveaux processus à digitaliser, portefeuille projets revu, nouveaux risques à couvrir et nouvelles contraintes de délai, sécurité… ne seront pas sans conséquence sur l’architecture applicative et les infrastructures.

Acquérir la méthode et l’expérience

A la lecture de ces quelques lignes, on pourrait craindre une charge excessive de travail pour réaliser ce bilan et monter des plans d’actions. En réalité, sous réserve de confier cette tâche à des acteurs expérimentés et hyper entraînés à ce type de mission, l’essentiel peut être réalisé en quelques jours d’intervention et validé en quelques semaines calendaires, les plans d’actions spécifiques pouvant être affinés ultérieurement en mode agile.

Afin d’aider les décideurs à entreprendre cette réflexion, la Communauté des DSI Infortive a produit une méthodologie d’audit adaptée à ce challenge qui repose sur 10 axes et plus de 100 questions. Cette grille d’autodiagnostic donne un aperçu des premières questions à se poser.

Pour le “Monde d’après Covid”, nos recommandations sont les suivantes :

  • Réalisez un bilan et prenez un oeil externe pour en garantir l’objectivité et bénéficier d’un benchmark
  • Ne manquez pas les opportunités business qui se présentent
  • Définissez un Système d’Information cible qui va pouvoir gérer ces opportunités
  • Profitez de cette occasion pour rendre le SI et la gouvernance de la DSI plus agiles

 

Hervé BEBIN
Consultant et DSI de transition
Directeur Général Infortive
hbebin@infortive.com